Comment progresser régulièrement en Hoop Dance ?
( article à retrouver aussi sur le site Hoop-dance France )



«Apprendre c'est vouloir progresser, c'est être animé d'une passion, d'une soif intense de découverte», disait Jiddu Krishnamurti. Dans ta pratique de la Hoop Dance, tu aimes t’amuser, te libérer, danser, et après chaque séance, tu as de toute façon, progressé un peu, beaucoup et surtout passionnément !

Progresser signifie avancer de manière continue, explorer, bouger, gagner du terrain, tout le contraire de rester sur place. Voici donc des astuces, des conseils pratiques pour
t’aider à progresser pas à pas et t’émanciper avec le hula hoop.




Ton terrain ( ta planète )

Pour gagner du terrain, il faut le tâter ! Que tu es un chez toi depuis longtemps ou que tu changes souvent d’endroits, à toi de chercher et de trouver un espace où tu te sentes bien, c’est fondamental ! Il y a trois grandes familles de lieux qui s’offrent à toi :
  • Home sweet Home ! Ton salon est assez grand, tu ne risques pas de tout casser ? Le sol est douillet ? Accroches des hoops partout chez toi, çà te donneras envie de les agripper à tout moment pour une grande ou mini session de Hoop Dance. L’avantage est que tu peux t’entraîner quand tu veux, et progresser dans la régularité si tu le fais à chaque moment de liberté accordée. L’inconvénient est que tu ne rencontreras pas grand monde à part ton chat :) Et...Zut ! Chez toi c’est trop petit ! No panic, justement des lieux existes.
  • Dans une salle de danse ou fitness, un chapiteau de cirque, un gymnase ! Des lieux sont là, pas forcément au départ pour la Hoop Dance, mais tu peux démarcher les gérants pour les emprunter un ou deux fois par semaine, contre une location. Si tu es déjà adhérent à un club, demande si une salle est libre. Sinon crée ton association, il faut être deux au minimum pour se lancer et pouvoir démarcher des lieux dans ta ville. Il existe des MJC, salles des fêtes qui peuvent aussi t’accueillir. Et si tu as la chance d’être dans un groupe de Hoop Dance, profite de la salle avec tes Choopin(e)s ! L’avantage est qu’en t’entraînant dans une salle, tu distingues ton temps pour le Hooping et qu’il est sans doute plus précieux et du coup, tu l’optimiseras. Aussi tu partages avec d’autres ta pratique et tes idées, ce qui fait beaucoup progresser. L’inconvénient est peut-être le transport pour te rendre à cette salle et de balader tes hoops. Pour çà, Roxane a récolté des solutions, par ici !
  • Au grand Air ! Super pour les beaux jours, s’entraîner dehors fait du bien, si tu as de la chance, dans ton jardin, ou dans un espace vert. Tu peux toujours trouver un lieu doux, avec de l’herbe sous les pieds et à l’abri de la foule pour t'exercer. Sinon il y a la rue, le bitume, çà rappel la street Dance, si tu es un citadin convaincu ! L’avantage est l’oxygénation pour ton corps et ton esprit, et la sensation de liberté. L’inconvénient sera peut-être les alias de la météo et les crottes dans l’herbe…

Bref, trouve ton terrain de jeux où tu aimeras venir hooper souvent, trouve ton cocon où tu deviendras papillon :)


Ton corps
Ton corps est ton instrument, aussi important que ton hoop, car ils s’associent pour être des partenaires. Si tu veux qu’il donne le meilleur de lui-même, offre à ton corps un bon échauffement avant de te lancer, même si tu es impatient, avant ta séance. Quand tout ton corps se réveille, dans tous les sens, il est optimal pour tout apprendre, pour tout assimiler. « Si tu veux progresser vers l’infini, explore le fini dans toutes les directions » disait Monsieur Wolfgang von Goethe. Prends ton hoop et essaie tous les mouvements que tu connais dans tous les sens, gauche, droite, devant, derrière, Up & down !
N’hésite pas aussi à pratiquer d’autres disciplines pour tonifier et assouplir ton corps, comme la danse, le fitness, le yoga ou le curling :) lol
Voici un exemple d’échauffement avec le hula hoop :

 Ta Tête
( ton cerveau )

« Agir, c'est vivre ; travailler, c'est progresser » disait Jean-Henri Fabre
Progresser c’est aussi se donner des buts, c’est important d’accepter le temps, celui des étapes pour y arriver. Par exemple, apprendre à faire du Twin Hooping ( hooping à deux cerceaux ), c’est vaste alors il faut y aller étapes par étapes, comme se donner un mouvement de «Twin» à apprendre, un par un, et à chaque compréhension, bien l’intégrer dans son intégralité, le répéter et passer à un deuxième. Pour ce travail, prendre des cours ou des ateliers peut vraiment aider car apprendre seul demande sûrement plus de temps. Il existe des dizaines de tutoriels sur internet pour chaque mouvement. Apprendre des nouveaux mouvements dits «tricks» est stimulant pour varier sa pratique, ce site web ( en anglais ) en référence la plupart : http://www.hoop-trix.com/
Tu peux te donner des minis défis de nouveaux mouvements à apprendre avec des amis, donnez vous un mouvement à apprendre et ensemble, ou à distance, filmez vous et encouragez vous !

Ton coeur


Tes émotions sont liées au mouvement, et les intégrer dans ta pratique peut te faire grimper des sommets et libérer le Flow qui en toi. En choisissant des morceaux de musiques qui t’évoquent des émotions, comme la joie, l’excitation, la tristesse, la colère, …tu peux les danser, les exprimer avec ton partenaire le hoop, et tu pourras être surpris des résultats. C’est là que tu pourras jouer avec des notions de vitesse, lenteur, pesanteur, légèreté, confusion, précision,… Voici une petite liste d’émotions associées à tes concepts avec lesquelles tu peux jongler ( bien sûr tes émotions t’appartiennent et tu les évoques avec ta propre définition, ceci n’est qu’un exemple )
 
  • la joie : fais des mouvements grands, joue avec la légèreté, ouvre tes bras, souris !
  • la colère : va vite, fais du bruit, entrechoque tes hoops entre eux, sur les murs, fais des grimaces !
  • la tristesse : sois lent, tes mouvements sont lourds, pleurs, fais des mouvements incomplets
  • l’excitation : va vite, sois confus, répétes à l’infini jusqu’à être ivre, accepte l’imperfection des mouvements
  • le calme zen : fais des mouvements de balance, lents, précis, respires fort, sois présent
« Sans contraires, il n'y a pas de progression.» disait William Blake
Pour concrétiser tes émotions, tu peux créer des playlists, dans ton lecteur de musique ou sur internet avec tes morceaux émotionnels favoris; et les diffuser par thème d’émotions ou en les mélangeant pour varier.

Tes yeux

Si tu t’entraînes dans une salle, tu peux avoir la chance d’avoir des miroirs, tu peux te voir en direct et sentir en même temps les mouvements. Sinon filme toi, avec ton Smart Phone ou une caméra et conserve tes enregistrements vidéos, pour les compiler et voir ta progression. Tu peux aussi les envoyer sur les réseaux sociaux ( Facebook, Instagram ), ils servent au partage de nos évolutions et de nos découvertes. 
 

Tes outils

Un carnet et un crayon, oui, comme un chercheur fou, notes tout ! Même si le dessin n’est pas ton fort, gribouilles ce que tu hoopes, inscris tes découvertes, tes objectifs, tes combos, tes chorégraphies.
Tu peux aussi trouver un support et de l’inspiration avec les merveilleuses cartes «The hula-hoop Cards » de Circle Blossom, par ici!



Ton temps


Libère toi du temps, un peu chaque jour ou une bonne session chaque semaine, le plus souvent que tu pourras, pour te créer une bulle privilégiée à toi. Si tu tiens un agenda ou un journal de vie comme un Bullet Journal, inscris toi un tracker « Hoop Dance », pour repérer et te rappeler les moments propices pour faire du hooping. Le temps c’est souvent une question d’organisation de vie, en récompense du temps passé pour le travail ou les corvées, donne toi du temps pour la Hoop Dance. « Le temps est sans importance, seule la vie est importante », dit le 5éme élément :)


Texte et illustrations de *La Gatoun*